6 super aliments qui prolongent la vie

Voulez-vous vivre longtemps et souffler cent bougies ? Apportez chaque jour à la table des aliments qui, grâce à leur pool d’ingrédients actifs, garantissent la santé et la longévité.

Selon les scientifiques, ces aliments sont définis comme fonctionnels, car ils maintiennent les fonctions biologiques de l’organisme inchangées dans le temps, lesquelles tendent à se détériorer au fil des ans. En effet, certaines molécules cachées dans certains aliments présents dans la nature gardent le moteur principal du vieillissement cellulaire défini, avec un néologisme.

Un nouveau concept qui résume deux processus, clés dans l’apparition de toutes les pathologies des personnes âgées : l’oxydation cellulaire et l’inflammation.

En fait, ce serait un stress oxydatif excessif et la présence subtile d’une inflammation chronique qui favorise la dégénérescence progressive des cellules et des tissus.

D’où les tumeurs, l’athérosclérose, les maladies cardiovasculaires, le diabète et toutes les maladies neurodégénératives qui non seulement raccourcissent la vie, mais en détériorent la qualité, même après la bouée de 50 ans.

En ce qui concerne le régime alimentaire et l’horloge biologique, voici les 6 super aliments à ne pas manquer si vous voulez vivre longtemps et bien.

Le thé vert

Le thé vert

La boisson orientale, sirotée pendant les repas par les habitants de l’Asie du Sud-est, fournit au corps de précieuses catéchines, une famille de polyphénols particulièrement bénéfiques pour notre santé.

Elle contient de l’épigallocatéchine-3-gallate, une substance multi-active qui agit sur différents fronts. En réduisant l’absorption des glucides, il maintient un faible taux d’insuline et de sucre dans le sang, a une forte action antioxydante et inhibe le NF-kB, le commutateur de l’inflammation.

Les études les plus récentes suggèrent cinq tasses de thé par jour, mais trois suffisent amplement pour assurer la protection verte contre les insultes du moment.

L’algue

L’algue

Il existe trois principaux anti-âges cachés dans l’algue brune appelée wakame, de son nom scientifique Undaria pinnatifida. La fucoxanthine, un caroténoïde qui protège les cellules du stress oxydatif, en particulier de la peau, des yeux et des cheveux.

Il est également riche en sirtuines, qui allongent la vie cellulaire, car, en optimisant l’énergie, elles multiplient les mitochondries des cellules. Enfin, ils constituent une mine de fucoïdanes, des molécules de soufre qui renforcent le système immunitaire, réduisent l’inflammation et protègent le cœur.

Une étude récente de l’Université de Séoul montre également que la consommation quotidienne de ces algues réduit de moitié l’apparition du diabète de type 2 chez les plus de 40 ans.

Les poissons

Les poissons

Plus de trente années se sont écoulées depuis que les cardiologues ont lancé le « régime Eskimos », capable de prévenir les accidents cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux et les crises cardiaques.

En plus d’être d’excellents anti-inflammatoires, les acides gras polyinsaturés de la série Omega 3 contenus dans les triglycérides inférieurs du poisson réduisent les plaques d’athérome (dépôts de graisse qui obstruent les artères).

L’Oméga 3 préserve la longueur des télomères, les « bouchons » filamenteux de notre ADN. Plus ils sont raccourcis, plus la vie est raccourcie.

L’idéal est de consommer 4 portions de poisson de mer par semaine, dont du saumon, du thon (frais, non en conserve), de la morue, du maquereau et du poisson bleu.

Le cacao

Le cacao

Aliments des dieux, comme l’appelaient les Mayas, la poudre magique extraite des graines de la plante de cacao pendant 2500 ans guide les pratiques thérapeutiques des populations d’Amérique centrale et méridionale.

Le mérite revient à sa teneur élevée en flavonols, des antioxydants au centre de la recherche pharmacologique moderne.

Une étude publiée en décembre 2014 dans la revue Nature Neuroscience démontre qu’ils protègent les neurones et les synapses en réamorçant la dégradation cognitive, antichambre de la maladie d’Alzheimer.

Les pommes de terre violettes

pommes de terre violettes

L’Ipomea Batatas est une patate douce d’origine sud-américaine, également commune à l’Est. Aussi connu sous le nom de « pomme de terre pourpre » ou « purpurea », il s’agit de la principale source de glucides sur l’île d’Okinawa, ce qui présente des avantages notables par rapport à la pomme de terre blanche.

Il a un faible indice glycémique. Il maintient les sucres bas et évite les pics d’insuline dangereux qui, en stimulant la réplication cellulaire, sont à l’origine de nombreuses tumeurs.

Avec 35 % de sucre en moins, il convient donc aux personnes obèses, en surpoids ou diabétiques, en particulier au dîner, au lieu des pâtes, du pain et du riz pour maintenir l’insuline insidieuse à un niveau bas.

En outre, il est riche en vitamines C, un puissant antioxydant qui stimule la néocollagénèse, et des anthocyanes qui lui confèrent sa couleur violette caractéristique. Un mélange sain, prêt à activer le fameux gène FOXO3, le gène de la longévité.

La myrtille

La myrtille

De délicieuses baies, les myrtilles sont une source inépuisable d’anthocyanines, des substances connues pour leur action vasoprotectrice, les protagonistes de nombreux médicaments phlébotoniques prescrits pour combattre les veines et les capillaires à la vue.

Mais les anthocyanes ne sont pas seulement une panacée pour ceux qui souffrent d’insuffisance veineuse.

Les pigments de couleur bleuet protègent la coronaire en réduisant le stress, ainsi les risques de crise cardiaque. Par conséquent, ils assurent une longue vie au cœur.

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire